La médecine est en crise

La médecine est en crise, le système de santé à bout de souffle. Le personnel est épuisé, maltraité, méprisé, désabusé, résigné, frustré dans beaucoup trop de métiers et d’établissements.

Comment de telles vocations de service peuvent-elles être gâchées à ce point ? Et surtout, comment restaurer l’estime de soi, la sérénité, la confiance en elles et en l’avenir de toutes ces personnes broyées par un système devenu inhumain à bien des égards ?

Devant l’urgence de la situation, le pragmatisme s’impose ; il n’est plus temps de chercher des responsables, des coupables, de comprendre les causes. Il est temps de relever la tête, de dire NON à toutes ces valeurs humaines bafouées et de découvrir quelles sont les opportunités qui se cachent derrière cette épreuve tant individuelle que sociétale.

 
Burnout
 

Avec des médecins sélectionnés sur leur capacité à supporter une compétition impitoyable, des hôpitaux surchargés, des rythmes de travail intenables imposés à tout le personnel de santé, des comptes rendus administratifs à n’en plus finir à fournir.

En vendant le service public au Dieu de la rentabilité économique,
En déresponsabilisant les patients qui croient attraper des maladies par simple hasard malencontreux,
Le système de soin est arrivé au bout du rouleau, au bord de l’effondrement, du chaos.

Malheureusement, l’humain est ainsi constitué : sa résistance au changement est telle qu’elle ne cède que lorsque sa souffrance est devenue intolérable. Le point de rupture est là, imminent et il pousse au changement, tant du personnel soignant que des patients.

Einstein aurait dit « on ne peut pas résoudre un problème avec le niveau de conscience qui l’a créé ». Or le niveau de conscience actuel de la médecine, c’est celui du paradigme rationaliste et matérialiste. Le référentiel du soin académique est fondé essentiellement sur une vision mécaniste du corps humain, qui serait comme une machine composée de nombreuses pièces détachées (des organes) qu’il suffit de changer ou de réparer en cas de panne.

Les différents spécialistes n’ont plus de vision d’ensemble. Chacun d’eux connait un seul système, en profondeur, certes mais a perdu la notion de coopération à tous les niveaux : entre les cellules, entre les organes, entre le patient et son médecin, entre le patient et son environnement familial et social. Cette vision est très réductrice est surtout en contradiction avec les avancées actuelles de la science quantique.

Cette dernière nous apprend que :
Nous ne sommes pas séparés les uns des autres à aucune échelle. Nous sommes toujours en interrelation, en intrication permanente entre les différentes parties de nous-même, avec les autres et avec notre environnement.

La coopération est notre état physiologique naturel, pas la compétition.
L’humain est composé de matière certes, mais pas seulement loin de là !
Il est aussi composé d’énergie crée par ses pensées et ses émotions, par le battement de son cœur qui créent un champ électromagnétique puissant et actif.

 
Burnout
 

Il est également information par sa capacité innée à communiquer avec un champ de conscience universel, commun à l’ensemble de l’humanité. On pourrait l’appeler le SOI. Cette dénomination n’a rien d’ésotérique ou de psychologique. C’est une réalité démontrée scientifiquement depuis plus d’un siècle par les physiciens quantiques. Philippe Guillament, un grand physicien, spécialiste en intelligence artificielle a écrit « l’ignorance du Soi est le plus grand drame de l’humanité ». Le nombre de chercheurs scientifiques qui exposent cette modalité de création de la matière à partir d’un champ infini qui contient toutes les variables possibles de manifestation se comptent par milliers.

Mais comment faire comprendre et surtout expérimenter à tous ces soignants qui ont fait des études aussi longues que difficiles que leur savoir accumulé par tant d’heures passées à bachoter, ne leur donne accès qu’à une infime partie de la connaissance ?

Comment leur faire comprendre et expérimenter que c’est en revenant à l’intérieur d’eux même, en cultivant la pleine conscience, la méditation, en retrouvant leur capacité à faire confiance à leur sixième sens, à leur intuition, en recontactant leur Essence profonde, qu’ils vont pouvoir contacter une Univers de Paix intérieure, de complétude, de confiance, de Puissance dont ils ne peuvent même pas subodorer l’existence pour le moment ?

Comment faire entendre à ces hommes et femmes magnifiques, emplis de bonne volonté et d’altruisme que l’hypertrophie de leur cerveau rationnel, logique par leurs longues et difficiles études les privent d’une connaissance, d’un savoir être, dont ils ne pourront appréhender les bienfaits qu’après en avoir fait l’expérience ?

Comment faire découvrir à toutes ces personnes merveilleuses qu’en choisissant d’aider les autres, elles se sont perdues en chemin en oubliant de prendre avant tout soin d’elles, d’écouter leurs propres désirs et besoins pour y répondre en se respectant pleinement ?

Comment les amener à prendre soins d’elles, à s’aimer alors que pour atteindre le Graal de leur diplôme, elles ont supporté de nombreux sacrifices en terme de vie sociale et affective, de solitude et de dérèglement de leur rythme biologique naturel ?

Aujourd’hui, elles n’ont plus le temps de prendre du temps pour elles, pour leur famille, pour leurs patients. Elles n’ont plus le temps de vivre en humanité. Time is money est devenu leur big boss quel que soit leur niveau dans la hiérarchie.

 
Burnout
 

Burnout, harcèlement moral, détresses provoquées par la sensation que leur travail n’a plus de sens, individualisme exacerbé, toutes ses souffrances incitent ces professions à ouvrir les yeux sur l’étendue des mensonges auxquels ils ont adhéré malgré elles. Elles ont cru que leurs études souvent longues et difficiles se solderaient par la récompense d’un métier socialement et financièrement valorisant tout en leur permettant d’être des bienfaiteurs pour l’humanité.

Quelle déception de se retrouver contraints de se plier aux dictats de technocrates mercantiles dont le terme d’empathie est totalement absent non seulement de leur vocabulaire mais surtout de leur cerveau et de leur cœur ainsi qu’aux dictats des lobbies pharmaceutiques.

De plus en plus de médecins, pharmaciens, kinésithérapeutes, dentistes, sages-femmes, infirmières, aides-soignants, vétérinaires montrent la voie de la dissidence. Ils refusent d’adhérer à ce système devenu fou, au péril de leur sécurité financière et de leur réputation. C’est à contre cœur qu’ils quittent leur métier choisi par vocation et passion pour embrasser une nouvelle carrière de pédagogue, d’informateurs, d’écrivains, de lanceurs d’alerte… afin de retrouver leur intégrité tant physique que mentale et morale.

Quant aux patients, le système global, avec le tiers payant systématique en France, les a infantilisés. Les soignants les considèrent encore trop comme des victimes impuissantes, irresponsables. Beaucoup ont recours à des thérapies complémentaires mais peu osent le dire à leur médecin dont l’autorité encore trop souvent sarcastique et méprisante envers des pratiques qu’ils ignorent leur fait encore trop peur pour qu’ils osent la transparence.

Sortir du schéma victime sauveur est une urgence vitale. Quand les soignants auront retrouvé comment prendre soin d’eux même avant de prendre soin des autres et que les soignés reprendront le chemin de leur implication totale en matière de guérison, un saut quantique formidable aura été franchi !

J’en rêve et je sais que c’est possible pour l’avoir moi-même vécu et pour côtoyer plusieurs de ces hommes et femmes qui ont osé ce changement.

Plutôt que de s’intéresser à la maladie, ils se sont intéressés aux facteurs de santé. Plutôt que d’apprendre les statistiques en courbe de Gauss de chaque maladie, ils se sont intéressés aux personnes rares de l’extrémité de la courbe qui ont fait mentir les statistiques par leur guérison improbable et remarquable.

 
Burnout
 

Ma croyance aujourd’hui est que les maladies révèlent un malaise profond, une dysharmonie entre ce que l’être ressent, pense, dit et fait. Et les soignants sont particulièrement concernés, parfois plus que leurs patients. Leur stress accumulé les rend particulièrement vulnérables à ce manque de cohésion à l’intérieur d’eux-mêmes. Combien d’entre fument ils tout en disant à leurs patients que c’est néfaste pour la santé ? Combien d’entre eux savent qu’ils devraient avoir une hygiène de vie plus saine (sport, alimentation, sommeil…) sans pour autant être capables d’appliquer pour eux même ce qu’ils préconisent à leurs patients.

Pour chacun d’entre nous, les personnes qui nous ont le plus influencés positivement sont ceux qui nous ont enseigné par l’exemple et les soignants sont en perte de crédibilité aussi à cause de leur manque de respect d’eux même que leurs clients ressentent. Nous ne pouvons transmettre que les valeurs que nous incarnons dans notre propre vie.

Les épreuves sont des enseignants magnifiques pour nous faire sortir de nos habitudes, de nos repères et pour nous obliger à embrasser de nouvelles croyances et de nouvelles manières d’être et de faire. Il est temps que la médecine s’ouvre au nouveau paradigme scientifique apporté par les physiciens quantiques, dont les avancées apportent chaque jour des preuves supplémentaires que leurs conclusions liées à l’études de l’infiniment petit de la matière sont extrapolables aux systèmes biologiques.

La médecine matérialiste, moléculaire est obsolète et si elle veut transformer la crise profonde qu’elle traverse en opportunité magnifique pour tous, elle va devoir se mettre à la page et renoncer à la plupart de ces certitudes pour intégrer la notion de champ quantique informationnel dans sa manière d’appréhender la réalité et la santé.

L’Amour, l’unité, la coopération, la confiance, la sérénité, l’inspiration, l’intuition, l’harmonie sont des valeurs universelles naturelles. C’est quand l’Homme se perd dans les limbes de l’intellectualisme qu’il souffre. Son ego lui fait croire qu’il est séparé des autres, lui donnant sans cesse un sentiment soit de supériorité soit d’infériorité suivant les moments et les circonstances. Il devient perdu, en détresse, assujetti à l’image qu’il croit devoir assumer dans le monde extérieur.

Alors qu’en retrouvant sa connexion innée avec la sacré, en retrouvant les clefs qui lui permettent naturellement de retrouver comment se relier à plus grand que lui, à ce réservoir quantique d’information et d’énergie infinies, il peut avec facilité retrouver comment se laisser guider par le mystère grandiose de la vie pour lâcher le contrôle, s’ouvrir à l’inconnu avec son potentiel infini.

Revenir à l’intérieur de Soi pour y trouver tous les trésors cachés, c’est le chemin de la résilience, de la tempérance, du respect de Soi et des autres.

C’est le chemin que j’ai emprunté moi-même pour transformer les épreuves que j’ai traversées en défi d’évolution. J’en récolte aujourd’hui les fruits avec émerveillement et gratitude. C’est pourquoi j’ai tant à cœur de tendre la main à tous ces soignants qui me rappellent tant qui j’étais encore hier.

Bienvenus à tous ceux qui sont prêts à lâcher leur savoir accumulé pour entrer dans la connaissance directe, celle qui se contacte à partir du silence de leur cœur. Aujourd’hui, des pratiques très efficaces existent et permettent de contacter très rapidement cette guidance bienveillante qui existe en chacun.

Passer d’un état de stress chronique à un état de sérénité, de paix intérieure, c’est la mission de mes accompagnements.

Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici : https://soufflequantique.com/praticiens-de-sante/

Si vous souhaitez me contacter : caroline@soufflequantique.com
Tél : 06 02 52 63 88
 
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page